Types de vérifications

VGP / VMS / VRS

Vos engins de chantier et de levage sont soumis à des contrôles périodiques obligatoires qui permettent de s’assurer que votre équipement est aux normes et ne présente pas d’anomalie. Des vérifications indispensables pour garantir le bon fonctionnement de ce dernier, mais aussi la sécurité de vos équipes.

En effet, les appareils de levage et engins TP, de par leur emploi, peuvent représenter un réel danger en cas de dysfonctionnement.

Pour limiter au mieux les risques d’accident, la réglementation impose donc des vérifications régulières qui se distinguent selon trois types : VGP, VMS, et VRS.

CONTACT

VGP : obligation et contextes

Afin d’assurer le respect des réglementations en vigueur, la vérification de vos engins de levage doit obligatoirement intervenir dans trois cas de figure.

Lorsque vous procédez à l’acquisition d’un nouvel appareil, une VMS (Vérification de Mise en Service) est requise. Ce premier contrôle vous permet d’obtenir un rapport qui valide l’utilisation de votre équipement pour vos chantiers. Ce contrôle est indispensable pour veiller à ce qu’aucun défaut d’usinage ou dysfonctionnement ne puisse mettre en danger vos équipes à l’utilisation, et s’applique dans le cas d’une machine neuve comme d’occasion, en accord avec l’article R4323-22 du Code du Travail.

Lorsque vous souhaitez à nouveau utiliser un appareil de levage qui était en réparation jusqu’alors, c’est une VRS (Vérification de Remise en Service) qui est exigée dans ces conditions. Ce contrôle intervient lorsqu’une modification importante est intervenue sur une machine telle que l’ajout d’un accessoire par exemple, ou encore lorsque l’engin a subi une panne importante.

La VRS vous permet ainsi de vérifier que la réparation, ou l’amélioration de l’appareil, soit bien effective avant toute remise en service, conformément à l’article R4323-28 du Code du Travail.

Enfin, une VGP (Vérification Générale Périodique) permet de s’assurer que vos engins ne présentent aucun danger. Cette vérification doit avoir lieu selon une périodicité définie en fonction de la nature et de l’utilisation faite du matériel que vous employez, comme l’indique l’article R4323-23 du Code du Travail.

Certains appareils doivent être contrôlés tous les 3 mois, tels que les machines-outils (plieuses, fraiseuses, etc), et d’autres tous les 6 mois, notamment ceux équipés pour le levage avec une action de levée significatif(chariots élévateurs, gerbeurs, etc).

Il convient donc de suivre avec attention l’entretien et les vérifications obligatoires qui s’appliquent à chacun de vos engins pour vous permettre d’exercer votre activité dans les normes réglementaires (voir la page VGP Réglementation), et assurer la sécurité de vos équipes sur les chantiers.

Attention : il est important de ne pas confondre ces vérifications réglementaires avec les opérations de maintenance nécessaires, et indiquées dans la notice d’utilisation de votre appareil de levage par le fabricant. Ces deux opérations sont complémentaires et ne peuvent se substituer l’une à l’autre.

Un entretien assidu ne vous dispense donc pas d’une VGP chariot ou d’une VGP nacelle par exemple.

controle engin de levage verification periodique

Pourquoi faire vérifier vos engins de levage ?

Comme cité ci-dessus, ces contrôles sont obligatoires, et ce, afin de vérifier la conformité des appareils et assurer la sécurité de votre personnel, de vos clients, mais aussi protéger la structure et l’activité.

Outre une réelle efficience de travail, vos appareils de levage peuvent rapidement devenir un risque pour vos équipes, et les mettre en danger dans leurs tâches quotidiennes.

Une VGP, VMS, ou VRS, est donc indispensable pour garantir leur sécurité et le bon déroulement de vos chantiers. La responsabilité vous revient de confier un matériel opérationnel et sécurisé à vos équipes pour effectuer les travaux de votre entreprise.

De plus, ces vérifications sont issues d’une réglementation précise du Code du Travail. En cas d’inspection ou d’incident, les rapports de contrôle correspondant à chaque équipement devront pouvoir être fournis pour attester du respect de ces normes, et du bon entretien de vos appareils et accessoires de levage.

En effet, l’absence de vérifications réglementaires peut entraîner des pénalités financières avec une amende de 3750€ multipliés par le nombre de salariés de votre établissement. Au-delà de l’aspect financier, un défaut de contrôle met également en péril votre responsabilité pénale en tant que dirigeant de l’entreprise si un incident ou un accident intervient avec votre matériel.

Dans ce cas, les peines peuvent aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000€ d’amende. Par ailleurs, l’assureur de l’établissement peut décliner sa responsabilité en l’absence de contrôles réglementaires de l’appareil défaillant.

Quelles réglementations pour vos équipements ?

La périodicité du contrôle à effectuer dépend de la nature de votre matériel. En effet, certains équipements nécessitent d’être vérifiés plus fréquemment. D’une manière générale, les engins TP comprenant une fonction de levage devront être vérifiés tous les 6 mois contre une fois par an pour les autres.

Il est également important de différencier les engins de levage tels que les grues, les chariots élévateurs, ou encore les ponts roulants, des accessoires de levage comme les chaînes, les sangles, les élingues, qui se positionnent entre l’engin de levage et la charge.

VGP hayon élévateur

Qu’il s’agisse de hayons repliés ou de hayons simples, une vérification générale périodique est à effectuer tous les 6 mois sur ce type d’appareil d’élevage. Lors de ce contrôle, le vérificateur doit pouvoir consulter le manuel d’utilisation du hayon, son certificat de conformité, son carnet de maintenance, ainsi que les rapports précédents de vérification.

Fort de ces informations, il peut procéder au VGP hayon elevateur avec un examen de l’état de conservation (présence des arrêts d’axes et du groupe hydraulique, fixation du hayon au châssis du véhicule, de la plateforme, ou encore des bras et de la poutre porteuse, etc), et un essai de fonctionnement (maintien de la charge, étanchéité des vérins, mouvements de levage et charge maximale, etc).

Dans le cas d’une VMS ou VRS hayon elevateur, un examen d’adéquation, une épreuve statique, et une épreuve dynamique seront également réalisés afin de valider l’état satisfaisant du hayon, et confirmer sa possible utilisation.

VGP contrôle chariot

Pour les chariots élévateurs à fourches en porte-à-faux, les chariots à mat rétractable comprenant les appareils à prise rétractable et à poste élevable, ou encore les gerbeurs électriques, une vérification générale périodique est obligatoire tous les 6 mois. La réglementation ne prévoit toutefois aucune VGP contrôle chariot pour les transpalettes électriques à conducteur porté qui soulève moins de 20 Cm.

Enfin, d’une manière générale, les chariots automoteurs ne présentant pas de fonction de levage ne devront subir une VGP qu’une fois par an. Quelle que soit votre situation, le vérificateur doit pouvoir accéder au manuel d’utilisation de l’appareil, son certificat de conformité, son carnet de maintenance, et les rapports des vérifications précédentes.

Ce dernier effectue un examen de l’état de conservation et un essai de fonctionnement pour confirmer l’état satisfaisant de votre appareil et son usage dans le cadre de votre activité. Les divers éléments étudiés (poste de conduite, dispositif de levage, freins, étanchéité du circuit hydraulique, etc) lui permettent donc de valider la conformité de votre équipement à l’occasion de cette VGP contrôle chariot.

Une VMS ou VRS contrôle chariot comprend cependant plus de tests avec un examen d’adéquation, et des épreuves statiques et dynamiques.

VGP nacelle

Quelle que soit la catégorie de la nacelle en question, une vérification générale périodique doit être effectuée tous les 6 mois. La seule exception concerne les nacelles où la machine est mue par force humaine, dans ce cas une VGP est requise tous les 3 mois.

Durant ce contrôle, le manuel d’utilisation de la nacelle, son certificat de conformité, son carnet de maintenance, mais aussi les rapports des vérifications précédentes, doivent pouvoir être fournis au vérificateur.

La VGP nacelle comporte un examen d’état de conservation (état des roues et des contres-poids, présence d’oxydation ou de fissures sur la charpente, contrôle des vérins et des protections de faisceaux électriques, état des leviers, etc), et des essais de fonctionnement (vitesse des mouvements, positions de la plate-forme, éclairage et freins, etc).

Un examen d’adéquation, ainsi que des épreuves statiques et dynamiques sont également effectuées s’il s’agit d’une VMS ou VRS nacelle.

VGP mini pelle et pelleteuse

Pour les mini pelles et les pelleteuses comprenant une fonction de levage, une vérification générale périodique doit être réalisée tous les 6 mois. Pour les appareils n’ayant pas cette fonction spécifique, une VGP mini pelle et pelleteuse peut être effectuée seulement une fois par an.

Dans tous les cas, le manuel d’utilisation de votre engin, son certificat de conformité, son carnet de maintenance, mais aussi les rapports des vérifications précédentes, doivent être apportés au vérificateur au moment du contrôle.

Une VGP mini pelle et pelleteuse se compose d’un examen de l’état de conservation et d’un essai de fonctionnement (circuit hydraulique, frein, vitesse de mouvement, charge maximale de levage, etc).

En revanche, dans le cas d’une VMS ou d’une VRS mini pelle et pelleteuse, un examen d’adéquation, et des épreuves dynamiques et statiques seront également effectuées pour valider la conformité de votre équipement et de son usage.

VGP grue de levage

Qu’elles soient statiques ou sur roues, les grues de levage peuvent représenter un danger important en cas de dysfonctionnement. Ces dernières doivent donc être contrôlées régulièrement par le biais d’une vérification générale périodique effectuée tous les 6 mois. Avant chaque VGP grue de levage, l’agent contrôleur doit pouvoir accéder aux documents relatifs à votre engin tels que le manuel d’utilisation de ce dernier, son carnet de maintenance, son certificat de conformité, mais aussi les rapports des vérifications précédentes. Ces éléments lui fournissent, en effet, toutes les informations nécessaires à ce type de contrôle.

Une VGP grue de levage se déroule toujours en deux étapes. Dans un premier temps l’agent contrôleur effectue un examen de l’état de conservation de votre appareil dans le but de déceler toute anomalie sur ce dernier, puis il procède à des essais de fonctionnements. Ces vérifications portent donc sur de nombreux éléments de votre appareil (charpente, maintien de charge, mouvements, systèmes de sécurité, etc). Dans le cadre d’une VMS ou d’une VRS, des épreuves statiques et dynamiques, ainsi qu’un examen d’adéquation, sont aussi réalisées pour attester de la conformité de votre grue de levage.

VGP grue auxiliaire

Les grues arrières cabines comme les grues arrières plateaux doivent faire l’objet d’une vérification générale périodique tous les 6 mois. Le manuel d’utilisation de la grue, son certificat de conformité, son carnet de maintenance, et les rapports des vérifications précédents doivent être à disposition du vérificateur le jour du contrôle.

Avec un examen de l’état de conservation et un essai de fonctionnement, la VGP grue auxiliaire permet de vérifier de manière rigoureuse les différents éléments de cet équipement (circuit hydraulique, fixations, mouvements aux vitesses prévues, maintien de la charge et stabilité de l’appareil, etc).

Des épreuves statiques et dynamiques et un examen d’adéquation sont également à prévoir si vous devez procéder à une VMS ou une VRS pour votre engin de levage.

VGP camion grue

Les camions grues, tout comme les grues auxiliaires doivent faire l’objet d’une vérification générale périodique tous les 6 mois. À cette occasion, le vérificateur doit avoir accès au manuel d’utilisation de l’appareil, son certificat de conformité, son carnet de maintenance, mais aussi les rapports des vérifications précédentes pour avoir une vision précise de l’historique de votre équipement.

Son contrôle VGP se déroule ensuite avec un examen de l’état de conservation de votre camion grue et des essais de fonctionnement (charge maximale, mouvements fluides à la vitesse indiquée par le fabricant, étanchéité du circuit hydraulique, éclairage, etc).

Dans le cadre d’une VMS ou d’une VRS camion grue, le vérificateur procède également à des épreuves statiques et dynamiques, ainsi qu’à un examen d’adéquation avec les travaux visés.

VGP grue araignée

Les grues mobiles, y compris les grues araignées, sont soumises à l’obligation d’une vérification générale périodique tous les 6 mois. Pour préparer cette VGP grue araignée, vous pouvez rassembler le manuel d’utilisation de votre équipement, son certificat de conformité, son carnet de maintenance, et les rapports des vérifications précédentes.

controle engin de levage verification periodique

En effet, tous ces documents doivent être à la disposition du vérificateur le jour du contrôle.

Avec des essais de fonctionnement et un examen de l’état de conservation, ce dernier vérifie de nombreux points sur votre appareil (freins, maintien de la charge, groupe de puissance et transmission, etc).

Des épreuves statiques et dynamiques, et un examen d’adéquation sont également effectués s’il s’agit d’une VMS ou d’une VRS grue araignée.

Qui se charge de la vérification VGP, VMS, ou VRS ?

Ces contrôles peuvent être effectués en interne, par une personne habilitée ayant suivi une formation VGP reconnue, afin d’acquérir les qualifications nécessaires pour effectuer les contrôles des machines de type chariot élévateur; hayon, grue, nacelle, PEMP, etc. En tant qu’organisme, nous vous proposons ce type de formation pour que vous puissiez réaliser vos contrôles vous-même, en toute simplicité.

Avec une réelle expérience dans les vérifications réglementaires, AFA Contrôle vous assure une formation de qualité et complète qui vous permet de valider la conformité de vos appareils en interne.

Dans le cas où la demande de vérification émane de l’inspection du travail, le recours à une entreprise externe est obligatoire afin d’assurer l’impartialité du rapport fourni. Cet organisme certifié devra impérativement être saisie dans un délai de 15 jours suivant la demande sous peine d’amende si l’absence de vérification n’est pas régularisée.

AFA Contrôle est implantée dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, PACA, et Languedoc Roussillon, et vous permet de compter sur une expertise rapide et efficace. Nos agents vous assure une VGP, VMS, ou VRS professionnelle et impartiale, que vous pourrez fournir à l’inspection du travail pour régulariser votre situation.

Pour les engins et accessoires de levage, les vérifications réglementaires périodiques vous permettent de poursuivre votre activité en accord avec les normes en vigueur, et avec l’assurance de fournir un matériel sûr et performant à vos équipes.

Qu’il s’agisse de VGP, VMS, ou VRS, ces contrôles sont indispensables et doivent respecter une périodicité précise suivant le type d’engin concerné.

Vous pouvez alors profiter d’une formation pour effectuer ces vérifications en interne ou les réaliser avec un organisme accrédité. Dans tous les cas, vous pouvez faire confiance à AFA Contrôle et notre parfaite connaissance des réglementations actuelles !